17/09/2010

(sûte)

A Porto, les dates fonctionnent comme en wallon: 1 de Dezembro de 1640 (1 d’décimbe 1640). On y mange un ‘bocado’ (bokèt, morceau) de ‘carne’ (tchâr / tchau, viande).  On aime bien de vous ‘mostrar’ (mostrer, montrer) des curiosités.  On y entend des bourdons ‘zunir’ (zûner, bruire) pendant la sieste.  A Lisbonne, si on vous indique le chemin qui conduit au Tage, vous pourrez demander ‘A que distância?’ (A qué distance?’ , ‘A quelle distance?’.

 

En Roumanie, désobéir, ne pas obéir, devient ‘a nu asculta’ (nin choûter’); déboucher ‘a destupa’ (distoper); studiu (stude, étude), etc.

 

Parmi les langues romanes moins répandues, on trouve même des rapprochements entre le wallon et le corse:

u melu

li mèlêye (EW) ou pomî

le pommier

Noms de fleuves ou de rivières: gén. sans article (p.147): ex.: Golu: le Golo: cf Moûse (la Meuse), Oûte (l’Ourthe).

Voli piova.

I vout ploûre.

Le temps est à la pluie

u pugnu  /u/

li pougn

le poing

 

N’oublions pas que, par rapport au français, le wallon se rapproche davantage du latin en bien des points, avec stramen - strin - paille, censa - cinse - ferme, malvitius - mauvi - merle, sororius - sorodje - beau-frère, rivus - ri (CW)/ rèw (EW) - ruisseau, in via - èvôye - en route, trectorium - traîtwè / trêteû - entonnoir, fasciare - fachî / fahî - emmaillotter, etc.

 

 

LES EMPRUNTS AU GREC ET AU LATIN: orthographe et prononciation

 

Il est intéressant de s’attarder sur l’orthographe des mots empruntés au vocabulaire gréco-latin dans les langues à travers l’Europe.  On s’aperçoit que le wallon,- écrit dans l’orthographe commune appelée orthographe Feller (du nom de l’auteur Jules Feller qui établit les règles modernes de l’orthographe wallonne au début du 20e siècle) -, est bien souvent plus proche que le français de règles utilisées sur tous les continents.

 

Ainsi,

·      le ‘ph’ en français va s’écrire ‘f’ comme dans ‘fosfori’ en finnois (phosphore), ‘asfalt’ en serbo-croate, ‘fizika’ en hongrois, ‘filosof’ en suédois, ‘alfabetisk’ en frison, ‘catastrofe’ en espagnol, ‘telefon’ en danois, ‘telefona’ en letton, ‘telefon’ en serbo-croate et en estonien

(= en wallon: fosfôre, asfal(t)e, fizike, filozofe, alfabètike, catastrofe, tèlèfone);  

·      ‘th’ va s’écrire ‘t’ en ‘aritmética, etnografia’ en portugais, ‘teologo’ en italien, ‘teater’ en danois, ‘metode’ en norvégien

 (= aritmètike, ètnografîye, tèyologue, tèyâte, mètôde);

·      ‘ch’ devant ‘r’ devient ‘c’ en italien et en espagnol: ‘crisantemo’, en roumain:

‘crestin’

( = crisantin.me (= sinte-catrine (OW)), crètyin (= crustin (EW));

·      ‘y’ se transforme en ‘i’ en ‘anonim’ en turc, ‘analisi’ en italien 

(= anonime, analise);

·      ‘-tion’  /sj/ devient ‘-sjon’ (‘imitasjon, stasjon’) en norvégien, ‘-ción’ en espagnol (‘atención) (= imitâcion, stâcion, atincion);

·      ‘x’ devient ‘ekstra’ en turc, ‘egzamin, egzotyczny en polonais, fikseerata en finnois (fixer en photographie) suivant la prononciation

(= èstra; ègzamin, ègzotike; ficser);

·      des consonnes géminées en français s’écrivent avec une seule lettre ailleurs quand on n’en prononce qu’une: ‘alumeto’ en esperanto, ‘cigareta’ en tchèque, ‘túnel’ en espagnol et en italien

(= alumète (= brocale), cigarète, tunél);

·      ‘rh’ devient ‘r’ en italien ‘reuma’ (= reûme: français: rhume);

·      ‘-que’ devient ‘k’ en letton: banka (pank en estonien), att parkera (parquer) en suédois, å risikere (risquer) en norvégien; teknik en danois

     (= banke, pârker, risker, tècnike); ...

 

19:51 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.