17/09/2010

(sûte)

Les prononciations des mots empruntés dans ce pot commun et de bien d’autres mots présentent des rapprochements parfois surprenants.

 

La prononciation /ε/ pour la lettre ‘e’ (è en wallon) correspondant à ‘é’ en français  dans les emprunts est très répandue dans toute l’Europe:

italien: aritmetica - aritmètike - arithmétique;  teatro - tèyâte - théâtre; telefono - tèlèfone - téléphone; serbo-croate: akadèmija, akadèmik - acadèmîye, acadèmike - académie, académique; hongrois: reklam - rèclame - réclame; portugais: sistema - sistème- système; turc: ekonomi - èconomîye- économie; polonais: aerodynamica - aèrodinamike - aérodynamique; grec: telejerik - tèlèfèrike - téléphérique.

 

Le /j/ de liaison entre 2 voyelles: serbo-croate: vijadukt  - vi(y)aduk;  piyano, biyoloji en turc - piyanô, biyolojîye.

Le ‘eu’ (de deux; w.: eû): desertør (danois), möbler (suédois), direktør (en norvégien),

aktör, tractör (turc) - d’zârteû, meûbes, dirècteûr, acteûr, tracteûr.

Le ‘tch’ en letton, en lituanien, en italien, ...  comme en wallon ‘tchiminéye’ (cheminée); le ‘dj’ en hongrois ‘magiar’, en indonésien’Jakarta’ et en wallon ‘djus’ (jus), ‘djaurner’ (germer).

Le /lj/ dans ‘bataljun’ en serbo-croate, ‘biljart’ en néerlandais - batalion, biliârd au lieu de /j/ en français: bataillon, billard.

 

La consonne finale originelle disparaît dans ‘kontak, direk’ en turc - contak, dîrèk.

Le ‘s’ étymologique comme dans ‘kështjella’ (château) en albanais, ‘at feste’ (fêter) en danois - tchèstia / tchèstê, fièster.

Le ‘sp-, st-’ dans ‘spinaq’ (épinards) en albanais,’å studere’ en norvégien, ‘studiu’ (étude) en roumain, en grec ‘stomaci‘ (estomac): spinach, studyî, stude, stomak.

Le ‘sk-’  að skrifa (en islandais), at skrive (en danois), scriobham (en gaélique) - scrîre.  Le ‘sb-’ comme en italien ‘sbagliare’, en gallois ‘Sbaen’ (Espagne) - en wallon, on a ‘sbârer’ (étonner).

Le ‘sg-’ comme en gallois: ‘sglefrio’ (patiner) - en wallon ‘sglite’ (traîneau).

 

La consonne finale change de prononciation.

L’islandais prononcera /d/ dans ‘dagur’ mais /t/ dans ‘öld’ comme en wallon ‘salade’ /t/, /b/ dans bati mais /p/ dans ‘lamb’ comme en wallon ‘mimbe’ (membre) /p/.  Une ‘geit’ sera une chèvre (gade /t/) .

De même, en turc: metre küp (m³) et en polonais teraz /s/ (maintenant) (en wallon: bâser /z/, one bâse /s/),  juz (avec un ‘z pointé’) /juch/: déjà (en wallon: ène caje (OW) /ch/) (cage de charbonnage)), en grec: ‘salata‘ et en russe “salat” pour le wallon salade. 

Toujours à propos du de la langue russe, John Westbury, dans “The status of regressive voicing assimilation as a rule of Russian, Texas linguistic forum 1, 1975, p. 132” , a déclaré ce qui suit:

‘The basis phonetic facts which must be comprehended in any treatment of the voicing of obstruents in Russian are as follows: word-finally, all obstruents (regardless of whether they are paired or unpaired for voicing) appear phonetically voiceless.

Thus /sud/ ‘lax, court’, /suda/ genitive singular ®[sut][suda]; /glaz/ ‘eye’, /glaza/ genitive singular[glas][glaza] ; /pirog/ ‘pie’, /piroga/ genitive singular ®  [pirok][piroga].”

19:51 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.